Nightmare Alley

Jeudi 20 janvier 2022 Horaire spécial :  14h00 17h00 – 20h00 – Sortie nationale

Nightmare Alley - Bannière
Nightmare Alley - Affiche Cinebel
  • de Guillermo del Toro
  • Avec Bradley Cooper, Cate Blanchett, Toni Collette…
  • Crime, Drame, Thriller • 2h30
  • United States, Mexico, Canada (2021)
  • Langue : Anglais
  • Version originale s/t français
  • Disney – 20th Century Studios Belgium
Nightmare-Alley-Image-02
Bradley Cooper
Nightmare-Alley-Image-04
Bradley Cooper, Richard Jenkins
Nightmare-Alley-Image-05
Bradley Cooper, Rooney Mara


Un forain ambitieux, qui a le talent de manipuler les gens avec peu de mots, rencontre une psychiatre qui s’avère bien plus dangereuse qu’il ne l’est…

5 Récompenses & 26 Nominations : ici

Site Officiel : ici

Les Grignoux – Après « La Forme de l’eau » et son triomphe aux Oscars 2018, Guillermo Del Toro change de registre et passe du fantastique au réalisme gothique avec ce film noir inscrit dans l’univers des forains, entre magie et cauchemar. (…) Doté d’un casting impressionnant, le nouveau film du cinéaste mexicain est une adaptation du roman de William Lindsey Greshman, « Le Charlatan », dont l’esthétique change radicalement de celle de La Forme de l’eau, une œuvre qui était ancrée plus nettement dans le fantastique. Nightmare Alley frappe, lui, par son climat réaliste, tendance gothique, dans lequel les monstres sont cette fois bien des êtres humains, pas de traditionnelles créatures imaginaires. Une histoire pleine d’énigmes et de faux-semblants, sur fond de manipulation, d’amour et de spectacle, au cœur d’une société défaillante, dans laquelle le cinéaste ne semble pas du tout avoir perdu son sens du propos et son goût de l’aventure en cours de route.

Le Devoir ★★★★ 1/2 – Quatre ans après avoir remporté les Oscar du meilleur film et de la meilleure réalisation pour The Shape of Water (La forme de l’eau), Guillermodel Toro propose ici l’une de ses œuvres les plus achevées, l’une de ses plus concertées. À la morne désolation de la fête foraine en première partie, il oppose une luxuriante opulence urbaine en seconde. De la direction photo du fidèle collaborateur Dan Laustsen aux costumes de Luis Sequeira en passant par la direction artistique fabuleusement évocatrice de Tamara Deverell (le cabinet de consultation de Lilith, aux boiseries arborant des motifs à la Rorschach : une merveille), tous les départements s’avèrent en parfaite adéquation avec la vision de del Toro, connu pour la précision maniaque de ses dessins et de ses plans. À nouveau, on retrouve la palette fétiche du réalisateur du Labyrinthe de Pan et deL’échine du diable, qui aime baigner l’action dans des nuances de turquoise et d’ocre, avec intrusions ponctuelles de carmin, couleur de vie, couleur de mort. Touche symbolique intéressante : dans Nightmare Alley, une fois que Stan s’est installé à Buffalo, le tailleur de Molly, le rouge à lèvres de Lilith et, oui, le sang seront désormais les seules traces de rouge présentes à l’image. Envoûté par le charme fourbe de Stan autant que par celui de Lilith, on suit l’évolution de la danse macabre jusqu’à ce que le premier, inévitablement, perde pied. Rarement une déchéance annoncée aura-t-elle été mise en scène avec autant de panache. François Lévesque


Programmation communiquée sous réserve de modification imposée par les distributeurs

Fermer